/// 4 mars 2014 ///

Ermsy

MEA_Erms

Erms est graffeur anglais installé à Paris depuis quelques années. Portrait en quelques questions.

Ton parcours en quelques mots ?

J’ai commencé le graffiti quand j’étais gamin, à la fin des années 80.

Quelles sont tes influences? Peux-tu nous décrire ton univers, ton travail?

J’aime les vieilles bandes dessinées, j’aime découvrir des styles graphiques étranges venant d’autres pays. J’essaie de puiser mes influences là où on n’irait pas forcément chercher, j’essaie d’éviter les filons déjà épuisés à mort par les autres. J’accorde une grande valeur à l’originalité mais cela doit aussi être bien fait, je préfère les effets visuels simples.

J’aime le  graffiti londonien à l’ancienne, époque 85-89. Aussi toute l’époque Stalingrad pour le graffiti parisien.
Cela étant dit, tout ça m’influence fortement mais je m’efforce de ne pas reproduire complètement le passé.

Des projets pour 2014?

Oui, j’aimerais refaire une expo « Street Creep » mais cette fois à Paris, dans sa maison spirituelle de Pigalle. J’ai aussi envie de lancer une marque de vêtements et de sortir des art toys de ma création.

Peux-tu citer trois artistes qui, selon toi, ne reçoivent pas l’attention qu’ils méritent?

Eko http://www.flickr.com/photos/ecobandodo/ 
Dyson http://www.flickr.com/photos/eddieargos
KRSN http://jan-krsn-garet.tumblr.com/

 Merci Erms!

/// Son site ///

/// Sa page Facebook///

Erms a également participé au  très intéressant projet Disposable Heroes, lancé par le blog Frogsnakes : les auteurs du blog ont donné un appareil photo jetable à des graffeurs de nombreux pays puis ont publié les clichés.


PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest